Adhérent
 
Images
    Descriptif détaillé

    Pierre Termier est né le 3 juillet 1859 à Lyon. Ses parents étaient d'un milieu simple, sa mère travaillait dans la soierie et son père était voyageur de commerce. Il reçut d’abord une formation littéraire. Mais, attiré par la vocation scientifique, il fit ensuite un séjour à Polytechnique, de 1878 à 1880. La géologie entra dans sa vie de manière inattendue : " La première fois que j'ai entendu parler de la géologie, c'est en 1879, par près de 3.000 m d'altitude, au sommet de Belledonne. J'étais alors un polytechnicien en vacances et, pour l'instant, un simple alpiniste ; et j'aurais dit volontiers que trois choses seulement valent la peine de vivre : les beaux vers, les intégrales élégantes et les rudes escalades » . Très attiré par l'enseignement, il demanda et obtint en 1885 la chaire de Géologie, de Minéralogie et de Physique à l'Ecole des Mines de Saint-Étienne. Pierre Termier aimait les Alpes : leurs proportions majestueuses et l'énigme géologique qu’elles représentent. Il était un poète, un artiste, un savant, mais aussi un sportif capable de faire de rudes escalades : « Parmi les belles et grandes choses de la Terre, ce sont les montagnes, peut-être, les nobles et puissantes montagnes, qui parlent le plus éloquemment aux hommes de stabilité, d'immutabilité, de pérennité ». Le Briançonnais fut son champ d'études de prédilection car il avait compris que « La clef de la structure des Alpes françaises se trouve certainement dans les montagnes entre Briançon et Vallouise ». Le 28 août 1894, en compagnie du guide émile Pic et de son fils Théophile, il réalisa, après 7 heures de montée, la première ascension de la Roche de Jabel (3 002 m). Parti du Monêtier-les-Bains, il avait attaqué le Glacier du Casset, était arrivé au Col glaciaire du Casset, avait remonté à l'ouest la belle arête de glace et de neige qui se dirige vers le Sommet des Agneaux et était arrivé sur les rocs qu'il désirait interroger. Il rédigera « Le beau mémoire sur les montagnes entre Briançon et Vallouise » . Un pic du Groupe du Galibier, sur l'arête orientale qui se dirige vers le Col de la Ponsonnière, reçut le nom de Roc Termier. Pierre Termier aimait l’enseignement, il avait compris que le rôle du professeur, du Maître, n'est pas seulement d'instruire la jeunesse, de lui faire aimer la Science mais aussi de faire progresser cette science. Il voyagea beaucoup : en Corse, en Algérie, en Tunisie et au Maroc. C'est lors de son dernier voyage au Maroc qu'il a ressenti les premières atteintes de la maladie qui l'a emporté en quelques jours en 1930. Sa vie privée fut traversée de nombreux deuils et de beaucoup de douleurs. Pierre Termier se maria en 1883 à une femme admirable, qui mourut, après une très longue maladie. Sept enfants naquirent de cette union, deux fils et cinq filles. Les deux fils, deux gendres et plusieurs petits-enfants moururent, le laissant dans la douleur.
    Pierre Termier fut inspecteur général des mines, directeur du service de la carte géologique de la France, professeur de géologie générale à l'École des Mines de Paris, membre de l'Institut. Il rédigea de nombreux ouvrages.

    Code postal
    05100
    Commune
    Briançon
      Géolocalisation